top of page

Versa est in luctum 

pour double choeur et orgue

(2021)

Versa est in luctum cithara mea,

et organum meum in voce flentium.

Parce mihi Domine, 

nihil enim sunt dies mei.

 

Ma harpe est tristement accordée

Et mon orgue se confond avec la voix de ceux qui pleurent.

Pardonne-moi Seigneur,

Ma vie n’est qu’un souffle.

 

Livre de Job (30, ℣. 31 et 7,  ℣. 16)

 

Les voix sont disposées en double chœur. Cette configuration offre la possibilité de fusionner, d’entrechoquer, d’animer et d’apaiser les différentes passions du texte. Ainsi cela crée, grâce aux jeux acoustiques, aux silences et à la spatialisation de cette disposition, l’espace de résonance nécessaire aux deux chœurs et à l’orgue afin d’incarner et de porter musicalement ce texte.

 

Si, par moment, l’orgue soutient et accompagne, il cherche également à se mêler aux voix en proposant un dialogue dynamique, allant parfois jusqu’à la confrontation. Il est réellement le troisième « chœur » de cette œuvre. Les figures instrumentales qui lui sont confiées ainsi que les registrations indiquées, par leurs sonorités propres à l’esthétique « symphonique », s’inspirent du texte.

 

Le compositeur espagnol Alonso Lobo (1555-1617) a composé, sur ces mêmes paroles, un motet funèbre pour les funérailles de Philipe II ; c’est en le découvrant qu’est venu le désir de mettre en musique ce texte. Et il se peut, que par moment, quelques fragments de sa musique viennent émailler le discours musical de cette œuvre…

création le 21 novembre 2021 en l'église Saint-Sulpice à Paris

par l'ensemble vocal Sequenza 9.3, Mélodie Michel à l'orgue, dirigés par Catherine Simonpietri

Premier Prix (Prix de la fondation Francis et Mica Salabert) et Prix des Internautes du Concours International Saint-Sulpice 2021

bottom of page