top of page

Sonate

pour percussions et piano

(2015)

 

Ecrite pour Vassilena Serafimova, cette sonate pour percussions et piano comporte trois mouvements. Si le premier est marqué par l’ « irrégularité », le troisième est une danse (gigue). Le deuxième, plus improvisé, est construit autour d’une passacaille. 

 

Avec le piano, les percussions choisies dans cette sonate utilisent les trois médiums les plus couramment utilisés : le bois (marimba), le métal (crotales et cymbales) et les peaux (tom-toms). Les trois mouvements permettent de renouveler leurs différentes possibilités expressives et de ne pas se limiter sur ce sujet, bien qu’il reste sûrement bien d’autres exploitations possibles de ces instruments… Dans le cadre qui s’est imposé sur ce sujet, et bien qu’il n’y ait pas de hiérarchie consciente entre les instrument de percussion, le marimba reste l’instrument central ; cependant,  une attention particulière a été accordée aux crotales et à la cymbale dans le deuxième mouvement, et aux tom-toms dans le troisième mouvement.

La volonté de créer des moments de synthèse sonore, rythmique et formel entre les deux instrumentistes fait de cette sonate un vrai duo : la percussion n’est pas accompagnée par le piano et la percussion n’accompagne pas le piano. Les deux sont solistes et tiennent le discours ensemble et chacun trouvera sa place dans un esprit à la fois concertant et de musique de chambre. 

Création le 12 juin 2016 à Chaulnes par Vassilena Serafimova et Jonathan Fournel

Vassilena Serafimova & Pierre-Alain Braye-Weppe à Chaulnes en juin 2016.jpeg
bottom of page