top of page

Concerto pour violon, instruments à vents et percussion

(2010)

 

D’une part, c’est mon envie de chercher une manière personnelle d’écrire pour violon solo.

Une écriture qui, tout en se souvenant des virtuosités expressives d’Ysaÿe, d’Ernst ou de Biber, chercherait à donner à l’auditeur autant d’illusions polyphoniques et sonores que de plaisir digital et musical au violoniste. 

 

D’autre part, c’est l’originalité de l’effectif imposé par l’« International Composition Prize Luxembourg 2010 ». 

Cet effectif, à priori plutôt hétérogène (flûte, clarinette, saxophone alto, clarinette basse, cor, tuba, accordéon, piano et percussion), m’a immédiatement inspiré des textures d’orchestration, des mélanges de sonorités, des esquisses de formes, des idées pour mettre en rapport ce groupe « coloré » d’instruments et le violon (également imposé)…

 

La  rencontre de ces deux éléments a créé naturellement l’évidence d’écrire un concerto, ce Concerto pour violon, vents et percussions.

 

Un concerto, c’est une entente, ou la recherche d’une entente qui serait mise en forme comme une sorte de conversation. 

Les motifs musicaux sont les sujets de cette conversation ; chaque instrument les développe à sa manière, autant avec son caractère propre (selon son timbre, le rôle qu’il tient dans l’ensemble, ce qu’il peut évoquer comme imaginaire sonore…), qu’en fonction de ce que lui suggèrent les différentes parties de la forme. 

Par ses transitions, ses ruptures, ou ses combinaisons, la forme organise la conversation ; d’ailleurs, celle-ci se plaît à jouer constamment avec les motifs, soit en en mettant certains en valeur pendant que d’autres semblent être oubliés, ou en créant entre eux autant de conflits résolus que d’unions à construire…

NOMENCLATURE 

violon solo,

1 flûte, 1 clarinette,  1 saxophone alto, 1 clarinette basse

1 cor en fa, 1 tuba

1 accordéon, 1 piano

Percussions : vibraphone, glockenspiel, 3 tom-toms, 2 cymbales suspendues, grosse caisse

Deuxième Prix du International Composition Prize Luxembourg 2010 

Création le 9 octobre 2011 à Ettelbruck par Cornelia Guddea et le Luxembourg Sinfonietta dirigé par Marcel Wengler

cre%CC%81ation%20concerto%20violon%20ven

"[...] Il convient de délivrer une mention spéciale au concerto pour violon de Pierre-Alain BRAYE-WEPPE (2ème prix) pour sa vivacité rythmique, sa mélodie pressante, le développement de la tension en devenir. Nous avons ici affaire à un jeu de question-réponse écrit avec intelligence et efficacité dans lequel le soliste et la formation (instruments à vent, piano, accordéon et percussions) se rejoignent dans un flot musical où ils communiquent ensemble. Le rythme rapide est accompagné par une musicalité qui met le violon solo en valeur et qui évite toute affectation et toute mode. Une cadence solo en 2 parties, tantôt méditative, tantôt brillante, débouche peu à peu dans une phase générale stimulante. L’œuvre absolument plaisante, attrayante, impressionnante, semble finalement couler dans une sorte de néant. Cornelia GUDEA est la remarquable soliste. Tonalité subtile, compétence technique et artistique vont de paire. Une agréable rencontre avec la composition. [...]" 

(Loll Weber, in Luxemburger Wort du 11 octobre 2011)

bottom of page